Réglementation : Mise à jour de la liste des appareils et dispositifs techniques soumis à l’autorisation mentionnée à l’article R. 226-3 du code pénal

Dans ce billet je citais quelques articles du Code Pénal qui pouvaient concerner la législation “SDR”.L’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) a publié le 25 août dernier (merci Pascal et SDR#) l’info suivante (suivre ce lien pour avoir le texte original) :

PUBLICATION DE L’ARRÊTÉ DU 11 AOÛT 2016 MODIFIANT CELUI DU 4 JUILLET 2012 FIXANT LA LISTE D’APPAREILS ET DE DISPOSITIFS TECHNIQUES PRÉVUE PAR L’ARTICLE 226-3 DU CODE PÉNAL

 

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 précise qu’« une attention particulière sera portée à la sécurité des réseaux de communication électroniques et aux équipements qui les composent ».

La sécurité de ces réseaux repose pour partie sur le dispositif prévu à l’article 226-3 du code pénal, qui soumet notamment à autorisation la commercialisation et la détention d’équipements réseau pouvant permettre de porter atteinte au secret des correspondances électroniques.

Conformément aux orientations du Livre blanc, l’article 23 de la loi de programmation militaire (LPM) a renforcé ce dispositif en étendant le champ des appareils soumis à autorisation à ceux qui, sans être spécifiquement conçus pour permettre les interceptions de communications, sont susceptibles d’être utilisés à cette fin.

L’arrêté publié le 25 aout 2016 complète, en conséquence, la liste des appareils et dispositifs techniques soumis à l’autorisation mentionnée à l’article R. 226-3 du code pénal.

Il y intègre, notamment, les « stations de base » des réseaux de téléphonies, dès lors que leurs caractéristiques sont susceptibles de permettre des atteintes au secret des communications. Cette nouvelle mesure, prise notamment afin d’anticiper les évolutions prévisibles des technologies de communication mobile, est assortie d’un délai d’entrée en application de cinq ans, afin de permettre sa prise en compte pour les équipementiers et les opérateurs dans les futures générations d’équipements et de réseaux.

Continue reading

Pourquoi je diffuse Cloud-SDR en version commerciale, “non libre”

Ces derniers jours j’ai commencé à mettre en ligne un nouveau site internet présentant une solution commerciale de “remote SDR” . En gros un système qui permet de partager son hardware radio au travers d’internet. L’approche est assez innovante, pour en savoir plus rendez-vous sur le site dédié (anglais uniquement) : http://www.cloud-sdr.com/

Pourquoi le logiciel Cloud-SDR n’est pas “open source” ?

Bien que l’on trouve de plus en plus de personnes qui utilisent des logiciels de type “WebSDR” pour diffuser librement en ligne ce que captent leurs antennes, bien peu de personnes se sont donné la peine de fouiller les aspects réglementaires… Avec quelques OMs français puis ensuite avec des avocats missionnés pour cela, j’ai fais quelques recherches sur le sujet.

Que dit donc le Code Pénal ?

Continue reading

gkSDR 0.19 64 bits disponible au téléchargement

La version 0.19 vient d’être mise en ligne uniquement pour le 64 bits. La version 32 bits sera publiée d’ici quelques jours.

Les principaux changements :

  1. Correction de bug dans la réception AM, meilleur qualité maintenant,
  2. Corrections diverses et variées…
  3. Modification du driver pour l’AirSpy qui permet maintenant de gérer les AirSpy 2 et Mini,
  4. Changement du service cartographique, qui maintenant récupère les cartes OpenStreetMap depuis le passage “payant” de MapQuest,
  5. Ajout d’un onglet “timeDomain” qui est un tout début d’implémentation du mode oscilloscope (voir discussion engagée sur la liste Hyper française).

Aperçu du mode “timeDomain” :

  • La courbe du haut représente au choix la voie “I”, L’enveloppe ou la phase du signal,
  • La courbe du bas représente l’évolution temporelle de la puissance RMS
  • Les mesures ne sont pas encore calibrées, c’est juste le résultat du calcul “brut” sans correction

gkSDR - time Domain

 

Les données utilisées pour le calcul sont dépendantes de la modulation active: AM, FM, BLU ou “MSR”. Dans les modes AM/FM/BLU les signaux sont réels (Q=0) . Dans le mode “MSR” (mesure) , les données sont complexes. Le calcul est réalisé sur la bande choisie (réglable en mode MSR jusqu’à 120 KHz)

Autre exemple, avec de la télégraphie :

CW

Et maintenant en mode “enveloppe”:

cw_enveloppe

Comme pour les versions précédentes, si vous avez déjà installé gkSDR utilisez “maintenancetool.exe” dans le répertoire d’installation. Sinon, rendez-vous sur la page d’installation.

Problème d’affichage cartographique dans gkSDR

Le service d’affichage de cartographie utilisé (MapQuest) – qui était gratuit – a modifié sa politique et maintenant devenu payant… L’affichage cartographique peut par exemple ressembler à ça depuis le 11 juillet :
mapquest_error
Je cherche une solution pour régler ce problème…

Faire de la radio dans les airs… FlyingSDR

Commencé à l’origine pour des applications avec mes étudiants, je me suis relancé dans le développement d’un système SDR volant sur drone. Cette fois-ci pour faire des mesures de propagation en enregistrant des données radio à des altitudes différentes. En partant de mon soft gkSDR en version un peu simplifiée pour juste afficher un spectre et stocker sur disque les données, je profite des vacances pour faire un peu de “bricolage”…

Objectif : monter un système SDR complet, avec retour visuel à la place de la caméra et possibilité de stocker sur disque les données.

Contraintes : léger … et qui consomme pas trop.

Le montage est en cours, pas encore mis d’antenne. Je suis donc parti sur :

  1. Un processeur de type Jetson K1 (GPU + Arm + Linux)
  2. Un SDR bladeRF
  3. Un disque SSD pour le stockage des données
  4. Report de la sortie vidéo du processeur vers le sol
  5. Connexion à la centrale inertielle embarquée du drone pour stocker la position et l’altitude pour post traitement
  6. Convertisseur DC-DC (le drone Matrice 100 fournit du 24V, le Jetson K1 fonctionne sous 12V)

Vue d’ensemble de la bête en cours de montage :

Flying SDR

 

Sac de nouilles des câbles :

Flying SDR(le SSD de 512 Go a finalement été abandonné au profit d’un 64 Go qui consomme beaucoup moins… 120 mA au lieu d’1 A)

Flying SDR

C’est compact…

Flying SDRPremiers vols à venir !

73

 

Remote SDR – Partager des flux SDR sur le réseau

Après de longues (longues) heures de mise au point et de développement, voici la première annonce du système que je développe permettant de contrôler à distance son SDR et de partager des flux.

Un exemple est illustré dans la figure ci-dessous :

share sdr iq system

Le logiciel est configuré pour se connecter à un récepteur AirSpy raccordé à un UpConverter. Cela permet de descendre sous la limite de 24 MHz et de traiter 10 MHz de bande instantanée. Le serveur permet donc de se connecter à distance et de partager le flux. Mais il permet aussi de générer des “sous bandes” paramétrables pour limiter le débit nécessaire.

Dans l’exemple ici, le système est configuré pour :

  • Se centrer sur 12 MHz, on reçoit donc en continu de 7 à 17 MHz
  • Créer deux sous-bande disponibles sur le réseau, une bande “30mètres” allant de 10.100 à 10.150 MHz (donc 50 KHz de bande) et une seconde bande allant de 14.000 à 14.300 MHz (donc 300 KHz de bande).
  • Ces sous bandes sont alors disponibles individuellement au travers du réseau local, comme s’il s’agissait de récepteurs SDR locaux

Sur la copie d’écran ci-dessous, j’ai lancé deux fois le logiciel gkSDR et chaque logiciel est branché sur une sous bande différente.

share sdr IQ

 

L’intérêt principal de cette approche est que l’on réduit de façon très très importante le débit réseau nécessaire. Par exemple, pour 50 KHz de bande il suffit de 200 Kilo-Octets par secondes…. ça passe facilement via une (bonne) liaison ADSL.

Le paramétrage des différents fluxs peut se faire via l’interface http, via votre python favorit ou via le système de scripts intégré. Voici un exemple de la section de configuration permettant le paramétrage des flux 30M et 20M :

 

Ce logiciel de partage SDR est compatible avec tous les récepteurs gérés par gkSDR et fonctionne sous Linux ou Windows.

Mise à jour du 12/08/2016 : Un site dédié à ce système est ici : www.cloud-sdr.com

Version 0.18 disponible

RAPPEL : Pour que le matériel soit reconnu par le logiciel lors de la première installation il faut utiliser le programme ZADIG ( http://zadig.akeo.ie/ ) et installer le driver WinUSB pour chaque nouveau matériel, avant la première utilisation.

Pour une nouvelle installation ou une première installation :

Pour la mise à jour d’une installation précédente

Utilisez le module de mise à jour “maintenancetool.exe” , qui est dans le dossier où vous aviez installé la version précédente.
update_toolPuis sélectionnez la fonction “Mettre à jour les modules” et choisissez ce que vous souhaitez mettre à jour.